Dernière maj le 29/06/2003

Changer notre régime alimentaire


Le régime alimentaire des occidentaux est globalement trop fortement protéiné. Or, mis à part la filière porcine, et la filière volaille, les autres filières à viandes (bovines, ovines et caprines), sont toutes constituées d'animaux à panse, donc fortement générateurs de méthane.

Pour eclaircir les idées montrons quelques schémas :

Ce schéma est tiré du livre l'Avenir Climatique de Jean-Marc Jancovici. Avec respectivement 11Kg de carbone par Kg de veau et 8,5Kg de carbone par Kg de Boeuf, la viande bovine est de très loin la plus coûteuse en gaz à effet de serre. La viande de mouton la suit de près. Ceci s'explique par le fait que ces deux espèces ont un processus de digestion qui émet du méthane. Ce schéma prend également en compte le Dioxyde d'Azote nécessaire à l'alimentation des animaux.

Conclusion : Manger du poulet et du cochon!

Ce schéma est issu des brochures fournies cette année au Salon de l'agriculture. Il donne l'image de ce qu'a été la production de viande en France en 2001. Si les porcs tiennent la tête avec 2321 Milliers de tonnes produites (avec les problèmes de recyclage du lisier, les volailles avec 2269 Milliers de tonnes, suivent de près. La viande bovine (boeuf+veau) suit pas très loin avec 1785 Milliers de tonnes produites.

Quand on recoupe la production animale Française avec le coût en gaz à effet de serre de chaque filières, on obtient le schéma ci-dessous :

Ce troisième schéma est issu des deux précédents. Il nous permet de voir quelle est la filière animale qui coûte la plus chère en bilan Carbone. Avec 16960 Tonnes de carbone (boeuf+Veau) produites en France en 2001, la viande bovine est de très loin la plus polluante.

Un premier effort que nous pourrions faire serait de transférer la consommation de viande bovine vers d'autres filières viande moins consommatrices comme le poulet par exemple et de limiter la filière bovine à la production de lait.

Un idée... Si on mangeait des fruits de mer.

Outre la diminution de notre consommation de protéines, mais je laisserais sur ce sujet la parole aux nutritionnistes, il existe une filière alimentaire protéiné qui au lieu de générer des gaz à effet de serre, contribue, au contraire, à retirer définitivement du carbone de l'atmosphere.

Il s'agit bien sur des coquillages qui utilisent le carbone pour former le calcaire qui constitue leur coquille.

Pourquoi ne pas envisager une mutation de la filière viande vers la filière coquillage?

Aujourd'hui le nombre de conchyliculteurs à plutôt tendance à diminuer, pourchassés par les environnementalistes, qui souhaitent préserver l'intégrité des paysages, contraints pas la loi littoral, pollués par les algues, les bactéries, les marées noires et le lisier de porc.

Pourtant il m'apparaitrait comme une bonne idée de favoriser ce type d'élevage et de transférer une bonne partie des filières viandes vers la filière coquillage.

Mais, peut être que mon raisonnement est trop simpliste et que le processus de sédimentation des coquillages dans l'eau est il plus complexe que je ne le pense (surement!).

Retour a l'accueil des solutions