Informations sur l'effet de serre


Ma prise de position contre l'attitude de la France vis à vis de l'énergie nucléaire m'a valu quelques remarques intéressantes. J'ai bien conscience qu'étant donné nos besoins énergétiques actuels le nucléaire est indispensable à la France et que nous n'avons pas d'autres alternatives à court terme. Cependant le nucléaire doit être uniquement considéré comme une source d'énergie relais qui doit nous permettre d'aller rapidement vers le monde des énergies inépuisables.

Or il se trouve que je n'ai pas ressenti à la lecture du livre blanc sur les énergies ni à la lecture du rapport du comité des sages qui précéda l'écriture de ce livre blanc, une volonté suffisante pour développer de façon rapide les énergies renouvelables.

La raison en est une fois encore le prix!!!

On peut lire dans le rapport du comité des sages " En effet, le prix encore bas des énergies fossiles n'a pas favorisé l'éclosion spontanée de projets (NDLR de mise en oeuvre des ENR) qu'il faut encore soutenir par les prix ou les aides fiscales."

Effectivemment, en comparant de façon abrupte, les prix d'une filière rodée où tout est en place, au prix d'une filière neuve dont les coûts de développement(acheminement, difficulté à produire de façon linéaire et à stocker, nécessité d'une complémentarité des sources) restent important. Cependant, ce calcul, basé sur la seule loi du marché s'avère totalement faux, ou plutôt exact aujourd'hui mais simplistement dangereux car ne tenant absolument pas compte de l'avenir.

En effet à aucun moment on intégre dans ce prix des énergies fossiles leur future raréfaction, les risques de tensions internationales qui ne vont pas manquer d'arriver si aucune anticipation n'est faite, ni le coût du réchauffement climatique que les assureurs vont bientôt commencer à savoir chiffrer.

On voit ici que la loi du marché qui gère tous nos échanges internationaux s'avère incapable à réguler ce problème qui nécessite une anticipation à moyen long terme. Ceci s'explique par le fait que l'économie et la population vit dans le court terme sans grande anticipation de l'avenir. Ceci est d'ailleurs écrit noir sur blanc dans le rapport rapport du comité des sages :

"Quant à la question de l'effet de serre, au cœur du Débat, elle commence seulement à éveiller l'attention, et ce avec des échéances à trop long terme et des perspectives trop floues pour être déjà perçues par le public comme une priorité par rapport à d'autres préoccupations plus immédiates, même si elle recueille un assentiment majoritaire dans la communauté scientifique en dépit des incertitudes subsistant sur les mécanismes, les rétroactions, les temps d'adaptation."

Tout ceci est pour le moins inquiétant, car nous nous trouvons devant la difficulté suivante que, nous ne saurons prendre les mesures de réduction seulement quand le réchauffement sera devenu flagrant et pénible et qu'à ce moment là, quelle que soit notre réaction, étant donné la durée de vie des GES dans l'atmosphère, les effets continueront à s'amplifier pendant de longues décennies.

Pour autant, je persiste à penser que les énergies inépuisables sont l'avenir, qu'elles vont générer beaucoup d'emplois et que l'Europe qui ne possède aucune source d'énergétique autre devrait ne pas rater cette opportunité de devenir une éco-union durable et propre. C'est mon opinion, elle est peut être utopique mais avons nous vraiment d'autres choix?

Informations sur l'effet de serre .

Dernière maj le 15/01/2005
Retour à l'accueil du site