Dernière maj le 01/11/2005

Une sécheresse exceptionnelle sur l'Amazonie


L'Amazone est le plus grand fleuve du monde son bassin et celui de ses affluents est gigantesque. Nous avons déjà eu l'occasion dans ce site de dire que la forêt amazonienne constituait un des puits de carbone les plus importants pour le climat.

Avec une superficie approximative de 900 millions d'hectares, et sachant que ce type de forêt contient 243 tonnes de carbone à l'hectare (123 tonnes dans le sol et 120 tonnes dans la végétation), cela signifie que la forêt amazonienne contient 219 Giga-tonnes de carbone.

La vitesse de déforestation serait de l'ordre d'un million d'hectare par an, soit un rejet dans l'atmosphère de l'ordre de (243-147)*106 (différentiel entre le contenu en carbone d'une forêt tropicale et d'une savane tropicale) 96 Millions de tonnes de carbone dans l'atmosphère (ou encore 96/0,273 = 352 Millions de tonnes de CO2 par an).
Ce chiffre représente 0,2% des 5,5 Giga-tonnes de carbone de rejets anthropiques annuels (combustion fossile + cimenteries) actuels.

Il apparaît que cette année, le bassin de l'Amazone vive une sécheresse inédite depuis plusieurs décennies. La saison des pluies qui dure des mois de juin à septembre et qui est censé recharger les bassins en eau a été notoirement insuffisante, et le déficit estimé du fleuve Amazone serait de l'ordre de 15m par rapport au niveau habituel.

Le Fleuve Amazone est "l'autoroute" qui permet d'accéder à de nombreuses villes du Brésil. Le niveau exceptionnellement bas du Fleuve ne permet plus la navigation en de nombreux endroits et plusieurs villes, ne pouvant plus être ravitaillées, ont été déclarées zones sinistrées et sont ravitaillées par l'armée.

Les météorologues locaux sont partagées:

Souhaitons que cette seconde hypothèse ne soit pas exacte car alors, nous serions rentrés dans le cercle vicieux suivant :

Cela rappelle ce que j'avais écris en Avril 2004 lorsque j'évoquais le risque de déclenchement de processus incontrolables.

Retour à l'accueil du site